La série des Entrevues DBSQ s’arrête chaque semaine, le temps d’un coup de fil, sur un de ses membres détaillants afin de jaser un peu avec lui de sa boutique, de la DBSQ et, évidemment, de bières québécoises. Santé!

 

 

Avant, c’était un « désert alimentaire »

 

Il y a quelques jours, la DBSQ a eu la chance de s’entretenir avec Pierre-Luc Blanchette de la Glacière de l’Est au sujet de l’offre alimentaire de son coin de ville, de viande et de bière.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la Glacière, il s’agit d’un détaillant spécialisé en bière situé dans l’est de Montréal, plus précisément dans l’arrondissement de Tétreaultville. L’offre de la boutique peut être prise en deux parties séparées. En effet, celle-ci est d’abord et avant tout une boucherie, la boucherie AAA. Fondée en 2011, la boucherie cherche à offrir des produits frais et locaux, en développant des partenariats avec des producteurs de la région, par exemple. À cet effet, Pierre-Luc notait justement que l’offre alimentaire dans son secteur est minime, le qualifiant de « désert alimentaire ». C’est donc avec l’objectif de changer cette donne qu’il s’est lancé et a ouvert sa boucherie.

Bien vite, il a toutefois reçu une demande supplémentaire de la part de sa clientèle : la bière de microbrasserie. En effet, à l’époque (2012), celle-ci n’était pas aussi répandue qu’aujourd’hui, de sorte qu’il fallait, comme le soulignait Pierre-Luc, « courir après les brasseries » pour avoir leurs produits. C’est donc ainsi qu’a commencé la vie de ce qui deviendra, en 2017, la Glacière de l’Est. Il faut dire que la boucherie n’était pas très intéressée au départ mais, au fil du temps, Pierre-Luc admet avoir développée une véritable passion pour l’univers brassicole québécois, passion qui est aussi cohérente avec son amour des produits locaux.

Lorsqu’interrogé sur sa bière préférée, Pierre-Luc n’a pas hésité une seule seconde : « Moi ce que j’aime, c’est les vins d’orge américains et, plus particulièrement, celui du Castor. Pour moi, il n’y a rien qui se compare à la chaleur de l’alcool (ces bières atteignant facilement 8% d’alcool et plus), le côté sucré du malt et la belle amertume des houblons classiques américains ». D’ailleurs, étant aussi boucher, la DBSQ lui a demandé quelles pièces de viandes s’accorderaient le mieux avec les vins d’orge américains. À son avis, un bon mijoté de bœuf ou même un steak grillé vont à merveille avec ce type de bière.

Et la DBSQ dans tout ça? Pierre-Luc souligne avec fierté qu’il est membre depuis la fondation de l’association : « J’adore la DBSQ parce qu’elle nous permet vraiment de nous regrouper ensemble pour faire face à des problèmes et grandir. Elle nous permet également de communiquer plus facilement ensemble et de devenir plus intelligent dans le développement de nos différents commerces, surtout avec la compétition des épiceries! »

Santé Pierre-Luc!

La Glacière de l’Est
3244A Rue des Ormeaux
Montréal